Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Coin de Ciel

Astronomie amateur pour les débutants

Mon télescope

Mon télescope
Mon télescope : présentation rapide
 

Il s'agit d'un dobson de 200 mm de diamètre sur 1200 mm de focale dont je vous mets une photo ci-contre. C'est un tube newton (du nom de son inventeur éponyme) sur une monture dobson (du nom de son inventeur éponyme aussi). Je dirais que c'est le télescope du « débutant » type, dans la mesure où on n'a qu'à le poser au sol (il s'oriente manuellement de droite à gauche et de haut en bas) et observer. Il n'y a pas de mise en station (orientation ultra précise vers le nord) à faire, juste pointer et voir…

Enfin bon, ce serait un peu trop facile malgré tout !

Le tube est pourvu de deux miroirs qui doivent être parfaitement alignés, il faut donc régler cela au moyen d'une opération qui s'appelle la « collimation ». On doit la faire régulièrement, dans l'idéal avant chaque sortie d'observation parce que, oui, le télescope ne reste pas réglé pour toujours. Au début, on galère un peu, on tâtonne, mais on finit par y arriver ! Au début, ça fait un peu peur, mais par la suite cela se fait aisément et rapidement, d'autant que d'après ma propre expérience, c'est surtout le miroir primaire (celui qui est au « cul » du tube) qui bouge, soit à cause des différences de température soit parce qu'on déplace l'instrument pour aller sur son site d'observation (tout le monde n'a pas la chance de pouvoir observer aisément depuis son jardin).

Il y a plusieurs méthodes pour cela. J'utilise pour ma part un laser de collimation qui rend le réglage plutôt aisé. Par la suite, je vous ferai un article plus détaillé sur le sujet.

Ensuite, il faut aligner le chercheur (il s'agit en fait d'une petite lunette fixée en haut du tube) sur l'axe de visée de l'instrument pour pouvoir se repérer dans le ciel et trouver les objets que l'on cherche à observer. Il existe des chercheurs droits, peu pratiques pour moi, car il faut se contorsionner pour bien viser et bonjour les torticolis et les courbatures. Je me suis donc procuré un chercheur coudé redressé plus pratique à utiliser. Un autre problème se pose alors : comment savoir si on vise bien la bonne étoile ? En effet, rien ne ressemble plus à une étoile qu'une autre étoile… Il s'agit pour l'instant d'une problématique en cours de résolution…

On regarde ensuite à travers un oculaire. Il en existe de différentes focales procurant des grossissements différents. Encore un article à venir… Je vous l'ai dit, l'astronomie est un vaste sujet, aussi vaste que l'espace lui-même !

Mon télescope

Je vous mets également des photos des « accessoires » qui accompagnent (non pas accessoires mais indispensables, en fait !) l'instrument. Ce dernier m'aura coûté avec tous les accessoires 300 € d'occasion. Il vaut, neuf, 400 € environ, le laser de collimation presque 100 € et le gros oculaire 120 €, je crois, les autres (de moindre qualité) étant fournis de base. L'astronomie est une passion qui coûte cher ! Et l'astrophotographie plus cher encore, mais ce sera pour de prochains articles…

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article